Logo - Institut national des mines
50px

Portrait de Luc Girard, surintendant optimisation à la mine LaRonde d'Agnico Eagle 

18 avril 2019
50px
Bloc texte

Né à Chicoutimi dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Luc Girard œuvre depuis près de 12 ans pour l’entreprise minière canadienne Agnico Eagle. Actuellement surintendant optimisation opérationnelle, il travaille avec l’aide de ses collègues à favoriser la transition 4.0 de la mine LaRonde. Détenteur d’une technique de laboratoire : profil chimie analytique, ce portrait présente le parcours d’un travailleur polyvalent qui désire stimuler le changement. 

 

Un avancement professionnel au sein de la même entreprise

C’est d’abord comme technicien de laboratoire dans le secteur minier que Luc Girard a débuté sa carrière chez Agnico Eagle, en 2007. À partir de la mine LaRonde, en Abitibi-Témiscamingue, il opérait dans le laboratoire d’analyse de la multinationale. Un an plus tard, il obtient le poste de superviseur technique des travaux de laboratoire; sa tâche consistait à former les techniciens, en plus d’optimiser les méthodes d’analyses. Puis, en 2011, Luc Girard devient le nouveau chef analyste de l’entreprise où il prend les rênes du laboratoire, de la gestion des ressources humaines et du budget. Occupant entre temps d’autres postes au sein de l’organisation, son parcours l’a mené jusqu’au département d’optimisation opérationnelle. Actuellement surintendant de ce service, sa principale tâche consiste à aider ses collègues à optimiser les différents processus dans leur département.  

Toujours plus loin avec la technologie

Dans le cadre de son travail, M. Girard œuvre quotidiennement avec les nouvelles technologies; un aspect qui pourrait bien attirer la relève de demain. « Grâce aux technologies, nous allons beaucoup améliorer la qualité de vie, le confort et la sécurité des travailleurs, de même que celle des futurs employés du secteur minier. Avec notre vision 4.0, il y aura moins de paperasse et plus de tâches à valeur ajoutée », a-t-il souligné en entrevue.

Favoriser la transition vers le 4.0, c’est également intégrer une nouvelle culture organisationnelle dans son organisation. Pour réussir cette transformation, M. Girard et ses collègues se sont rassemblés afin d’établir leur vision du futur et développer une image de marque 4.0 d’Agnico Eagle en apposant des affiches, mais également des autocollants montrant le logo « LR 4.0 ». Une campagne d’influence  sur le terrain est d’ailleurs orchestrée pour favoriser l’engouement du 4.0.  

L’équipe d’influence 4.0 valorise différentes façons de travailler notamment en diminuant ou en faisant disparaître des étapes inutiles, par exemple la retranscription de données ou encore certaines étapes dans les façons d’opérer. La mine LaRonde peut maintenant être fière de ce virage qu’elle a amorcé il y a déjà quelques mois. À ce jour, l’entreprise a déjà économisé du temps en évitant des tâches répétitives, des pertes de temps, du gaspillage et en accélérant les prises de décisions.

Le 4.0 modifiera bien plus que les habitudes, selon Luc Girard, il incarne un changement majeur dans l’industrie minière. Il permettra d’avoir une vision en temps réel des opérations réalisées et des décisions à prendre, une meilleure communication et désormais, tout employé saura ce qui se passe par le LTE et les capteurs. 

L’implantation du 4.0 et le changement suscité amènent des questionnements chez tous les intervenants. Choisir les bons mots pour bien expliquer les changements sera la solution à adopter selon le surintendant. Cet important changement exigera aux équipes de production de réaliser des transformations : certaines tâches répétitives seront supprimées alors que d’autres tâches évolueront et la main-d’œuvre apportera une valeur ajoutée au travail effectué. L’équipe veille actuellement à intégrer de nouvelles technologies en prenant le temps de bien évaluer les risques. Comptant plus d’avantages pour la main-d’œuvre que d’inconvénients, M. Girard espère que, d’ici deux ans, la mine LaRonde sera en meilleure posture pour devenir, un jour, l’une des premières mines 4.0 du Québec.

50px
50px
50px