Logo - Institut national des mines
50px

Le caractère novateur de l’Institut national des mines reconnu : un nouvel éclairage sur l’éducation en 2020 

12 janvier 2021
50px
Bloc texte
10 ans d'innovation en formation minière afin d'assurer que la formation dispensée au Québec soit actualisée pour un secteur minier plus compétitif

Val-d’Or, le 12 janvier 2021 – En cette dernière année unique, bouleversée par une crise sanitaire mondiale, l’Institut national des mines (INMQ) constate l’influence et la nécessité des travaux de recherche effectués par son organisation au cours des dernières années. « La vivacité d’esprit et la concertation des membres du conseil d’administration et de l’équipe depuis 10 ans démontrent bien, dans le contexte actuel, la pertinence de nos travaux de recherche et de nos réalisations. Ils contribuent à l’évolution de l’éducation au Québec dans un secteur d’activité aussi dynamique que le secteur minier », a mentionné M. Jean-François Pressé, président-directeur général de l’INMQ.

Cerner les compétences à développer, actualiser l’offre de formation et diversifier les modes d’enseignement ont permis au secteur minier québécois d’être plus compétitif à l’échelle internationale, et ce, grâce à une formation de qualité et une main-d’œuvre qualifiée. D’ailleurs, l’INMQ continue à faire rayonner la formation minière à l’échelle internationale et à démontrer le dynamisme et la volonté de réinventer les pratiques pédagogiques des établissements d’enseignement du Québec offrant de la formation minière.

 

Le discours émergeant de l’éducation grâce à ses publications

En collaboration avec l’Association minière du Québec et le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines, l’Institut national des mines a lancé, en janvier 2020, le Cadre de référence des compétences à l’ère du numérique dans le secteur minier. Présentant vingt-trois compétences à développer chez la main-d’œuvre actuelle et future du secteur minier, cet ouvrage a permis d’identifier 11 postes d’emploi plus vulnérables à la transition numérique.

En mars 2020, l’Institut national des mines présentait un nouvel outil permettant d’effectuer le diagnostic de la maturité numérique de programmes d’études et de formation professionnelle. La validation de cet outil a été réalisée sur des programmes du secteur minier au cours des derniers mois grâce à la précieuse collaboration de plusieurs établissements d’enseignement du Québec.  Les résultats de cette validation feront l’objet d’une publication au cours de l’année 2021. Cette ambitieuse recherche favorisera l’éveil à un nouvel outil d’évaluation numérique des programmes de la formation professionnelle, collégiale et universitaire.

Connaissant un véritable engouement, la série Tendances générales en formation minière veillant à documenter les tendances en éducation aux niveaux québécois, canadien et mondial, s’est enrichie de deux rapports semestriels en 2020. Le Rapport semestriel tiré de l’infolettre MineAvenir – 12 septembre 2019 au 30 janvier 2020 a démontré entre autres l’importance de la culture collaborative et de la concertation dans la formation au numérique de la main-d’œuvre de l’industrie minière et l’appropriation des nouvelles technologies dans les activités minières. Par la suite, le Rapport semestriel tiré de l’infolettre MineAvenir – 6 février au 18 juin 2020, a mis en lumière les efforts fournis tant par les établissements d’enseignement que les entreprises minières afin d’accélérer le virage numérique en temps de pandémie. Déploiement des technologies immersives, formation à distance et la gestion de la donnée ressortent de nombreuses initiatives présentées dans ce rapport semestriel.

En plus des études publiées et de la réalisation d’un nouveau site Web, l’Institut national des mines a également rédigé près de 50 articles qui ont été publiés dans son infolettre MineAvenir diffusée tous les jeudis, ainsi que dans des revues spécialisées de l’éducation et du secteur minier.

 

Succès incontestable du premier colloque virtuel

C’est plus de 200 personnes qui ont assisté au 5e colloque de l’Institut national des mines. Intitulé « La formation 4.0 : un levier vers la mine intelligente », l’événement a suscité un engouement tel qu’il a dépassé la popularité des années précédentes. Présenté pour la première fois en mode virtuel, le colloque a attiré des participantes et des participants notamment du Maroc, de Londres, des États-Unis, de la France, de l’Algérie, de la Nouvelle-Calédonie et du Canada. Dans le cadre du colloque, l'Institut national des mines a souligné son 10e anniversaire. Il est toujours possible de visionner l'événement en s'identifiant par courriel.

 

Les sujets de recherche emballants en 2021

L’année 2021 offrira des recherches qui susciteront un vif intérêt du monde de l’éducation et du secteur minier. Considérant l’importante croissance des données à l’ère industrielle 4.0, les entreprises minières doivent être en mesure de les utiliser adéquatement et de mieux les sécuriser. Un portrait portant sur la présence de la cybersécurité dans les programmes de formation professionnelle et collégiale réalisé par l’INMQ démontrera la pertinence d’implanter des notions en cybersécurité dans la formation québécoise. De plus, une analyse comparative (2013, 2016 et 2019) des besoins de formation du secteur minier québécois sera également publiée. Celle-ci permettra au gouvernement du Québec et aux établissements d’enseignement de mieux cerner les besoins de formation et de mettre en place une offre de formation adaptée.

Tout en poursuivant sa mission première d’assurer l’actualisation de l’offre de formation pour un secteur minier québécois productif et concurrentiel, l’Institut national des mines déposera au ministre de l’Éducation deux avis, l’un portant sur l’internationalisation de la formation minière québécoise et l’autre sur le déploiement d’une formation 4.0 au Québec. Ses travaux présentés au ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, ainsi qu’à la ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Danielle McCann, ont pour objectif de faire de la formation québécoise un levier économique phare au Québec qui contribuera certainement à sa relance.

L’Institut national des mines a pour mission de soutenir le gouvernement dans l’exercice de sa responsabilité en matière d’éducation dans le secteur minier. Il a notamment pour mandat de maximiser la capacité de formation de la main-d’œuvre, en optimisant les moyens disponibles et en les utilisant selon une vision concertée de tous les acteurs du secteur minier.

— 30 —

Source :  
Karine Lacroix, conseillère en communication
Institut national des mines            
819 825-4667, poste 2904
lacroix.karine@inmq.qc.ca
www.inmq.gouv.qc.ca 

10 ans d'innovation en formation minière afin d'assurer que la formation dispensée au Québec soit actualisée pour un secteur minier plus compétitif
50px
50px
50px